Le métro Aérien de Moscou - pour un transport de passagers plus fluide

Le métro aérien de Moscou est un projet de réseau de trains destiné à couvrir tout Moscou pour connecter entre elles toutes les lignes de métro. Il ne remplacera donc pas les structures existantes mais les optimisera seulement. Le métro aérien permettra de relier sept nouvelles villes de banlieue à Moscou et passera par le centre-ville. A l'instar du RER parisien, ce réseau améliorera le quotidien de nombreuses personnes en modernisant le réseau ferroviaire de Moscou. La fin des travaux devrait avoir lieu en 2025. Grâce à ce réseau, le gouvernement russe avec l'aide des financement d'Iskander Makhmudov espère à la fois soulager les métros et les autoroutes de monde d'un côté, et améliorer les transports en commun entre Moscou et la banlieue. La construction de ce métro aérien devrait inciter les habitants à l'utiliser régulièrement. La vitesse de croisière de ces trains est de 120 km/heure.

Les nouveaux trains ressembleront à des trains électriques. Ils seront pourvus d'une unique traversée à chaque allée centrale. Grâce à un système de rideaux d'air installé aux entrées des rames, les passagers n'auront pas à subir les température rudes qu'il faut affronter à Moscou. Les trains disposeront également de toilettes, du wifi, de prises USB et de panneaux d'informations électroniques. C'est la société Transmashholding qui s'occupe de la construction de ce réseau ferroviaire. Dans le passé, cette société a déjà fournit plusieurs trains à la capitale russe. A l'heure actuelle, la société a déjà livré plusieurs rames à Moscou.

L'impact de ce réseau ferroviaire sur le marché immobilier n'est pas encore très clair. Certains experts pensent qu'il n'aura pas de réelle influence sur les coûts de l'immobilier. Cependant, cela reste à confirmer dans les années venir. Quoi qu'il en soit, le métro aérien devrait être bénéfique pour désengorger le centre-ville de voitures. De plus, il modernisera la ville de façon considérable. D'ailleurs, les premiers métros aériens qui sont nés en 2019 à Moscou le prouvent.